LE CHÂTEAU DE CHAMBORD

Château de Chambord

Château de Chambord

VISITES : Parc en libre accès toute l’année et tous les jours.
Ouvert tous les jours de l’année sauf le 1er janvier, le 30 novembre et le 25 décembre.

  • du 2 janvier au 27 mars : 9h – 17h
  • du 28 mars au 25 octobre : 9h – 18h
  • du 26 octobre au 31 décembre : 9h – 17h

Dernier accès ½ heure avant la fermeture du château. Les jardins à la française ferment ½ heure avant le château. 
Le château ferme à 16h les 24 et 31 décembre.

Réservation en ligne

 Les tarifs 2020 sont valables jusqu’au 31 décembre 2020

Plein tarif : 14,50 € (château + jardins)
Tarif réduit : 12 € (présentation d’un justificatif obligatoire)

  • Visiteur ayant acheté une prestation « forêt ou animation » destinée aux groupes ou aux individuels vendue par le domaine national de Chambord.
  • Enseignant non titulaire du pass éducation, responsable de centre de documentation et d’information et chef d’établissement.
  • Jeune de 18 à 25 ans (hors union européenne).
  • Accompagnant du détenteur de la carte d’abonnement.
  • Demandeur d’emploi, bénéficiaire du RSA ou d’aide sociale
  • Tarif CE pour le titulaire d’une carte CE nominative avec date de validité.
  • Groupes de plus de 20 personnes.

Gratuité (sur présentation d’un justificatif) :

  • Moins de 18 ans (pour public individuel)
  • 18-25 ans ressortissants de l’Union Européenne (pour public individuel)
  • Les enseignants français du primaire et du secondaire (Enseignant titulaire du pass éducation nationale tamponné pour l’année en cours)
  • Titulaire de la Carte Culture délivrée par le Ministère de la Culture
  • Personne en situation de handicap + 1 accompagnant

Le château de Chambord, le plus vaste des châteaux de la Loire. est situé dans la commune du même nom, dans le Loir-et-Cher. Il fut édifié, à partir de 1519 (règne de François Ier), au cœur du plus grand parc forestier clos d’Europe (environ 50 km² et mur d’enceinte de 32 km de long). 

Son jardin d’agrément ainsi que le parc de chasse ont été classés “monuments historiques“.

Le site de Chambord fut précédemment à la construction du château actuel (seul domaine royal encore intact depuis sa création), une motte féodale.

Le château et son domaine ont bénéficié de l’inscription au Patrimoine Mondial de l’UNESCO en 1981 ; classement depuis 2000 dans la zone de classement de la région naturelle du Val de Loire entre Sully-sur-Loire et Chalonnes-sur-Loire ainsi que dans le réseau Natura 2000 en 2006. Le château de Chambord figura également sur la première liste de Monuments Historiques, établie en 1840 et appartient au  réseau des résidences royales européennes.

En 1516, François Ier, roi de France depuis 1515 (célèbre date de sa victoire militaire à Marignan) souhaita l’édification d’un château somptueux célébrant sa gloire, dans la forêt giboyeuse de Chambord.

C’est ainsi que débuta le chantier d’une immense création architecturale qui n’avait pas été envisagé comme demeure royale mais plutôt comme annexe du château de Blois. Dans les faits, François 1er ne passa à Chambord que 42 jours pendant ses  32 ans de règne. Cette nouvelle « merveille du monde » était destinée à immortaliser son constructeur, François Ier, le « prince architecte ». Il est probable que Léonard de Vinci, installé au château du Clos-Lucé à Amboise à la fin de l’année 1516, y fut associé au projet architectural.

Le chantier commença  par la destruction de plusieurs bâtiments, dont l’ancien château des comtes de Blois et l’église du village ainsi que par la construction des fondations du donjon carré flanqué de quatre tours ; unique bâtiment prévu à l’origine. 

Le roi décida d’ajouter deux ailes latérales au donjon primitif, dont l’une devait accueillir son logis.
1 800 ouvriers travaillèrent à la construction du château de Chambord.

Le donjon était déjà construit lors de la visite de Charles Quint, grand rival de François Ier, qui y passa la nuit du 18 au 19 décembre 1539, en chemin depuis l’Espagne et à destination de Gand. L’accueil réservé à l’empereur du Saint-Empire romain germanique fut grandiose.

François Ier mourut en 1547. et lors du très peu de temps qu’il voua à Chambord, il se consacra principalement à la chasse, en compagnie d’un petit groupe d’intimes.

Les travaux de construction continuèrent sous le règne d’Henri II puis ils furent interrompus à sa mort en 1559. 

Par la suite et pendant une centaine d’années, les séjours du roi et de sa cour se raréfièrent  tandis que l’édifice continuait de susciter l’admiration de ses visiteurs. Un chantier de consolidation fut entrepris en 1566 (règne de Charles IX).

Chambord était trop distant des lieux de séjours de la Cour et tomba progressivement en désuétude. Henri III, puis Henri IV, n’y séjournèrent pas et ne continuèrent pas les travaux.
Louis XIII visita deux fois à Chambord., en 1614, à l’âge de treize ans, puis en 1616, de retour  de Bordeaux.

À partir de 1639, Chambord fut occupé par Gaston d’Orléans, frère du roi, qui  avait reçu en apanage le comté de Blois en 1626. Des travaux de restauration, d’aménagement et d’assainissement des marais environnants furent  ainsi entrepris entre 1639 et 1642.

Le projet initial de François Ier fut achevé à l’avènement de Louis XIV. Le Roi-Soleil avait bien compris le symbole de puissance et de grandeur que pouvait représenter Chambord. Les travaux furent confiés à l’architecte Hardouin-Mansart entre 1680 et 1686.

Louis XIV effectua une dizaine de séjours au château de Chambord entre 1650 et 1685, parfois accompagné par la troupe de Molière qui y joua deux comédies-ballets accompagné de musiques de Lully : Monsieur de Pourceaugnac et Le Bourgeois gentilhomme à l’occasion de la venue en France d’une ambassade turque.

Louis XIV fit aménager un appartement, comprenant une antichambre, un salon des nobles et une chambre de parade.

C’est également sous le règne de Louis XIV que fut entreprise la création d’un parterre devant la façade Nord ainsi que le  creusement du canal du Cosson.

En 1700, Philippe V  (roi d’Espagne) effectua une visite à Chambord en compagnie des ducs de Berry et de Bourgogne.

Louis XV y logea son beau-père Stanislas Leszczyński, roi de Pologne entre 1725 et 1733. 

Le château resta vide pendant 12 ans, puis en 1745, Louis XV en fit don au maréchal de Saxe qui en devient gouverneur à vie.

Après la mort de Maurice de Saxe en 1750, le château ne fut plus habité que par ses gouverneurs.

À la Révolution française, les habitants des villages environnants se livrèrent au saccage du domaine. Les grands animaux furent tués, les arbres coupés ou ravagés par le pacage des troupeaux. Les  pillages furent arrêtés militairement en mai 1790. En 1792, le gouvernement  fit vendre le mobilier qui n’avait pas été volé mais les enchères s’accompagnèrent de pillages nocturnes. Les fenêtres et les portes furent arrachées ainsi que les plombs ornant les combles du donjon. Un état des lieux du 17 juin 1796 confirma le désastre et pourtant le gros oeuvre échappa à la destruction.

En juillet 1802, le premier consul Napoléon Bonaparte attribua Chambord à la quinzième cohorte de la Légion d’honneur.

En 18065, Napoléon Ier décida de créer à Chambord une maison d’éducation pour les filles des titulaires de la Légion d’honneur. 

En 1821, le domaine de Chambord est acquis grâce à une souscription nationale, afin d’être offert au petit-neveu de Louis XVIII, Henri d’Artois, duc de Bordeaux, né l’année précédente.

À la chute de Charles X, son petit-fils le prince Henri  reçut le titre de courtoisie de comte de Chambord. Exilé, le prince fit administrer le domaine par un régisseur et y finança de très importants travaux. Le château fut alors officiellement ouvert au public. Pendant la guerre de 1870 le château servit d’hôpital de campagne. C’est depuis le château qu’Henri publia un manifeste aux Français, appelant à la restauration de la monarchie et du drapeau blanc. À son décés survenu en 1883, Chambord passe par héritage aux princes de Bourbon de Parme ses neveux : Robert Ier (1848-1907) et son frère Henri de Bourbon-Parme (1851-1905), comte de Bardi. À la mort de Robert de Parme en 1907, le château fut transmis à sa descendance.

Mis sous séquestre pendant la Première Guerre mondiale, le domaine fut acheté onze millions de francs-or en 1930 par l’État français .  La gestion et l’exploitation du domaine furent partagées entre l’administration des domaines, les Eaux et forêts et les monuments historiques. 

Dès le début de la Seconde Guerre mondiale, le château devint le centre de triage des trésors des musées nationaux de Paris qu’il fallut évacuer et protéger des bombardements allemands. Certaines oeuvres, comme la Joconde, ne restèrent à Chambord que quelques mois alors que d’autres y demeurèrent pendant toute la durée de l’Occupation. 

En 1981, le domaine fut inscrit au Patrimoine Mondial de l’UNESCO.
En juin 2016, une crue inhabituelle du Cosson inonda les parterres nord et la cour royale du château qui fut fermé aux visiteurs pendant une semaine.

En 2017, les jardins à la française fur recréés. A l’origine, ils avaient été commandés par Louis XIV puis achevés sous Louis XV et avaient existé pendant plus de deux siècles avant de disparaître. Ils occupent six hectares et demi au nord et à l’est du château.

Châteaux Loire France Carte
  • Photographies du château de Chambord : Krzysztof Golik / CC BY-SA (https://creativecommons.org/licenses/by-sa/4.0) / User:Elementerre / CC BY-SA (http://creativecommons.org/licenses/by-sa/3.0/) / Fab5669 / CC BY-SA (https://creativecommons.org/licenses/by-sa/4.0)
  • Carte des châteaux de la Loire : Maximilian Dörrbecker (Chumwa) / CC BY-SA (https://creativecommons.org/licenses/by-sa/2.5)
commodo venenatis, commodo Praesent libero in id quis, ut vulputate, Retour haut de page