FRANÇOIS II (1544 – 1560)

François II

François II, roi de France,  par François Clouet, vers 1560, pierre noire et sanguine, Paris, Bibliothèque Nationale de France.

François II (Fontainebleau, le 19 janvier 1544 – Orléans, le 5 décembre 1560) fut roi de France du 10 juillet 1559 jusqu’à sa mort.

Fils aîné d’Henri II et de Catherine de Médicis, François II monta sur le trône de France à l’âge de quinze ans après la mort accidentelle de son père le 10 juillet 1559. Son règne éphémère ne dura qu’un an et cinq mois mais constitua un prélude majeur au déclenchement des guerres de Religion.

Son règne fut en effet marqué par une importante crise politique et religieuse.

À son avènement, il confia les rênes du gouvernement aux Guise, les oncles de son épouse Marie Stuart, reine d’Écosse, partisans d’une politique de répression à l’égard des protestants. Après la conjuration d’Amboise, il entama la mise en place d’une conciliation à l’égard des réformés mais se montra implacable face aux émeutiers qui mettaient à mal son autorité dans les provinces.

Le mouvement politique huguenot, qui était le mouvement protestant français, fut paralysé par la perte de nombreux leaders aristocratiques de premier plan, ainsi que par de nombreuses reconversions, et ceux qui restèrent étaient de plus en plus radicalisés.

Après la mort de François II, sa mère Catherine de Médicis visa à préserver l’autorité des Valois et à rétablir l’ordre civil, ce qui était essentiel pour un retour en douceur à l’unité de la foi.
Elle avait appris du règne précédent et avait géré les “jours d’après” cruciaux pour l’autorité royale. Malgré l’opposition qu’elle rencontra, elle parvint à dépasser l’ambition des princes du sang, le désir de revanche des Grands, et les revendications des États généraux convoqués en même temps.

Le règne de François II fut également marqué par l’abandon de l’Écosse, du Brésil et, sous l’effet du traité du Cateau-Cambrésis signé par son père Henri II, de la Corse, de la Toscane, de la Savoie et de la quasi-totalité du Piémont. Il marqua, au profit de l’Espagne, le point de départ de l’affaiblissement de l’influence française en Europe.

Sources : bing.com, geo.fr, touslesroisdefrance.fr, fr.wikipedia.org, larousse.fr, journals.openedition.org, socialsci.libretexts.org, doi.org
Photographie :  https://essentiels.bnf.fr/fr/image/8af8f50f-67c4-4b8e-939f-0177c97072da-francois-ii-en-1560

Retour en haut